Accéder au contenu principal

Le vol a voile


En quelques leçons avec un moniteur, vous apprendrez à voler, et constaterez que ce n’est pas plus difficile que de conduire une voiture.
Le vol se décompose selon 4 phases : décollage, vol plané, utilisation des ascendances, et bien sûr atterrissage. Le planeur est aussi utilisé en voltige aérienne où la technique, la maîtrise du pilotage, atteint son sommet.

Décollage :

Pour atteindre les courants porteurs, le planeur a besoin d'une aide extérieure qui le propulse en l'air. Trois moyens s’offrent aux pilotes.

Le treuil enroule un câble relié au planeur et le hisse au-dessus de son aérodrome de départ à la manière d'un cerf-volant. Le planeur se largue à une altitude de 400 ou 500 mètres. Cette technique spectaculaire a fait ses preuves : très sûre, elle a aussi l'avantage d'être économique.

L’avion-remorqueur livre l'ascendance au vélivole sur un plateau ! Accroché au câble de 70m derrière l'avion, le planeur est remorqué jusqu'aux courants ascendants les plus favorables. Cette technique, confortable est la plus utilisée en France malgré son prix.

Le décollage autonome est réservé aux planeurs équipés d’un moteur. Soit le moteur est fixe, ce qui occasionne quelques sacrifices sur l’autel des performances, le planeur présente alors une ligne moins aérodynamique. Soit le dispositif est rétractable pour conserver une ligne épurée.



Vol plané :

Si vous glissez votre main à la fenêtre de votre voiture en mouvement, vous sentez une résistance qui la pousse vers l’arrière, appelons cette force la traînée. De même, selon l’angle que fait votre main avec l’air en mouvement, elle sera soulevée ou abaissée, appelons cette force portance. Enfin, votre main est soumise à la loi de la gravitation qui lui donne un poids.
Le planeur subit les mêmes forces : le poids l’attire vers le bas, la traînée tend à le ralentir, et la portance le fait rester en l’air.
Pour compenser cette traînée et continuer à rester en mouvement, le planeur plane selon un angle de légère descente. Cet angle est piloté : à un angle de plané fort correspond une perte d’altitude forte, et une vitesse de plané importante ! Ainsi, telle une voiture, la consommation (ici la perte d’altitude) est reliée à la vitesse (entre 75 et 280km/h !) pour une même distance parcourue. Au pilote de choisir la vitesse correspondant le mieux à ses souhaits : avancer vite ou perdre peu d’altitude… Ce rapport est connu sous le nom de finesse (distance parcourue divisée par altitude perdue), plus il est élevé, plus le planeur est performant (une finesse de 40 correspond à 40km parcourus pour 1km d’altitude perdue).


Ascendance :

Bien, notre planeur est en l’air, il plane et descend donc doucement dans le ciel. Comment va-t-il rester en l’air et parcourir des centaines de km ? Grâce aux courants ascendants qui lui permettent de regagner de l’altitude, de « refaire le plein ». Ils sont de 3 types :
L’ascendance thermique : le sol est fait d’une multitude de zones contrastées. Le soleil frappant le sol chauffe donc plus ou moins ces zones. Des colonnes d’air chaud au contact des sols les plus réchauffés s’élèvent (convection) et forment les cumulus de beau temps (dont les orages sont les conditions développements extrêmes). Pour rester dans ces colonnes (« pompes »), le pilote décrit des cercles en spiralant et est ainsi entraîné en altitude.

L’ascendance dynamique : en zone montagneuse, le vent frappe parfois le relief sans pouvoir le contourner. La masse d’air décrit alors une vague de forme identique au relief que le planeur va emprunter en surfant dessus dans de longues lignes droites épousant le relief.

L’ascendance ondulatoire : en zone montagneuse, lorsque la masse d’air n’est pas perturbée par la convection, la vague de l’ascendance dynamique va rebondir après avoir sauté le relief. Ces rebonds sont autant de vagues que les planeurs surfent. Elles sont souvent marquées par de petits cumulus roulant sur eux-mêmes (« rotors ») et surtout par des nuages lenticulaires fixes dans le ciel malgré le vent fort.

Voltige :

La plupart des planeurs, aéronefs rigoureusement suivis au niveau technique (un contrôle technique par an), sont autorisés à la voltige de base (boucles, 8 paresseux,…). Mais les « voltigeurs » leur préfèrent des planeurs spécialement conçus pour cet exercice, très solides et nerveux, ils font montre de leur maîtrise technique par des cloches, tonneaux barriqués, dans des valses aériennes épurées et intenses.

Posts les plus consultés de ce blog

la Section des sports aériens

Crée en 1973 par une poignée de passionnés (JL Pizzo , P Delanoé, D Sanchez , R Vergier ,JP Delaye ) la SSA de la CMCAS de VALENCE rayonne sur deux départements : l'Ardèche et la Drôme.

Pour ce faire il a été nécessaire d'organiser l'activité sur plusieurs plates-formes.

Les activités offertes aux ressortissants de la CMCAS sont essentiellement le vol à voile, le vol moteur , l'aéromodélisme , le parachutisme et le vol libre

L'activité parachutisme prend corps , chapeautée par Eric Bolle responsable para avec des parachutistes ayant suivi des stages aneg
Des actions nouvelles (stages courts 5 sauts sur 3 jours ) , avec l'ANEG sont proposées en 2009 (voir info)
La population des ouvrants droits se répartit entre les services de la distribution et de la production hydraulique, de la CNR et de la production thermique. (EGS Drôme Ardèche et deux sites nucléaires : Tricastin et Cruas).



Aujourd'hui on peut pratiquer le vol à voile sur la plate -forme  de  de  VAL…

Rencontre aéro modélistes

Le Samedi 23 mai 2015 la section aéromodélisme de la SSA de Valence propose une journée rencontre des aéromodélistes Drôme-Ardèche.

Cette journée se veut être une rencontre entre amateurs de cette discipline tout type de voilures confondues (avions, planeurs, hélicoptères …), pour se connaître, comparer nos machines, voler si le temps le permet, débattre sur les réalisations de chacun,exprimer les attentes : matériels, stages, rencontres …, favoriser le dialogue pour cibler les intérêts et besoins de chacun en vu de voir cette section se développer de façon harmonieuse et constructive.                                       Cette journée se déroulerade 9h 30 à 17h à l'aérodrome de Montélimar, chemin de l’Aérodrome26200 avec l'aimable participation du président du club d'aéromodélisme « les nougatsvolants ». 
les aéromodélistes pourront venir avec leurs matériels, et voler à la condition d’être titulaire le la licence FFAM en cours de validité. Le repas de midi sera tiré du sac.…

AG 2015 de la SSA Valence

Notre Assemblée Générale s’est tenue le 30 janvier 2015. La bonne participation révèle la vitalité de chaque activité et montre votre attachement à la vie démocratique de notre section. Unrapport moral qui valorise les initiatives de synergie Des rapports d’activités qui reflètent la vitalité des bénévoles Un rapport financier équilibré qui incite à plus de réalisme Un nouveau Comité Directeur en charge de porter les orientations* de la SSA composé de :
-Marc MOUNIER occupe la fonction de Président -Gérard VULLIET occupe la fonction de Trésorier -Denis RENNARD occupe la fonction de Secrétaire -Eric BOLLE représente le Parachutisme -Erick BALDASSARI représente l’Aéromodélisme